Documents de référence

RAPPORT D’ACTIVITES 2018 (01.01.18 – 31.12.18)

A. Comité 

Au 1er janvier 2018 le bureau est formé de Louis Vaney (président), Marie-Claire Boillat, Pierre Losego (vice-présents), Natasha Métrailler (secrétaire). Les autres membres du comité sont : Christine Debruères, Richard  Kraeher, Daniel Mermoud, Iris et Sylvain Jichlinsky (trésorier). (Elu en mai 2017 le couple Jichlinsky démissionnera en janvier 2018).

A l’AGO du 8 mai 2018,  R. Kraher et P. Losego ne se représentent pas et ils sont remerciés pour leur engagement au sein du comité. En particulier Pierre a assumé la présidence de juin 2000 à avril 2015. Un record.
Nous avons le plaisir de recevoir deux nouvelles candidatures : Annemarie Fischer et Patricia Quéloz.
Le comité élu se compose alors de Louis Vaney (président),  Marie-Claire Boillat (vice-présidente) , Natasha Métrailler (secrétaire), Daniel Mermoud (trésorier), Christine Debruères, Annemarie Fischer, Patricia Quéloz.

En 2018, le comité s’est réuni 10 fois mais les membres ont participé à de nombreuses séances de commissions.

B. Membres de l’AGMJ   

Au 31.XII. 2018 l’AGMJ compte 482 membres (dont 73 membres sympathisants)
Au cours de l’année nous avons enregistré :
Démissions : 20     Non paiements : 13 (exclusion après 2 rappels)
Décès : 10               Donc « départs : 43     
Nouveaux membres en 2018 : 80

Malgré les 43 « départs », l’effectif total augmente de 37 personnes.
Membres :   2017 :  444     2016 : 433     2015 : 438   2014 : 447     2013 : 463.

C. Activités

1. Les concerts du vendredi au OMT :

Membre de la commission de programmation : P.  Losego (responsable), Claude Wherli. Luca Pagano, ne s’est pas représenté à l’AGO, nous le remercions pour son engagement, ses compétences et son carnet d’adresses.

Depuis septembre, la responsabilité est confiée à Patricia Quéloz qui occupe la fonction d’administratrice et Louis Vaney qui devient membre « ad intérim ».

30 concerts du vendredi : 147 musiciens, 1'755 auditeurs (2017 : 1'645)
Moyenne par soirée : 58,5
 
M 54,8  (2017) M 46,3 (2016) M 46,4  (2015) M 45,3 (2014) : M 42 (2013)

Chacun sait que la distinction entre catégories stylistiques n’est pas aisée, voire arbitraire mais nous avons noté en 2018 les orientations suivantes :     

 12  soirées « modernes » (14 orchestres),
   2 latin-jazz,
   6 soirées Mainstream (jazz des années 50-70 + - )
   5 Swing (dont 2 « jazz manouche »),
   5 soirées traditionnels (New Orleans)
   

–> Au sein de ces orchestres figuraient 8 vocalistes.

En 2018, nous avons présenté 4 concerts-événements avec des artistes de renommée internationale : la chanteuse  Leslie Lewis (USA) accompagnée par le trio Philippe Martel, le quartet Gaël Horrelou-Ari Hoenig Quartet (USA). Hoenig fait partie de l’élite mondiale de la batterie. Nous avons aussi programmé la célèbre chanteuse italienne Tiziana Gighlioni et l’extraordinaire guitariste manouche Angelo Debarre.

En référence à l’art. 2 b/ des statuts, nous recherchons un équilibre entre les styles de jazz.

2. Les jam-sessions : 

En 2018, les jam-sessions ont été déplacées du jeudi au dimanche de 18 h. à 21 h. 
Neuf Apéros-jam sessions du dimanche ont été organisées. Fréquentation moyenne 30 personnes (de 25 à 45).
Le principe : une rythmique professionnelle de base, entrée libre, pas de boissons surtaxées. L’AGMJ ne paie pas de location mais c’est la Sportive qui gère le bar.

3. Jazz dans les vignes : 

Le jeudi 14 juin, soirée paella avec un concert du Trio All Blatter.  Pus de 80 personnes ONT été reçues au Domaine de la Côte d’Or à Anière (famille Gavillet).  Le 6 octobre, au Domaine de Crève-cœur à Choulex  (Jean Rivollet), une cinquantaine d’auditeurs (capacité maximale) ont assisté au repas-concert du jeune prodige de la guitare Noé Reine et du pianiste Alfio Origlio. Ces moments conviviaux rencontrent à chaque fois un beau succès.

4. Fête de la musique : 

Depuis quelques années l’AGMJ ne programme que les concerts du samedi et nous regrettons le temps où nous prenions en charge le week-end. En 2018 la scène AGMJ se trouvait à la Terrasse Aggripa d’Aubigné et nous avons programmé huit orchestres. Le public est attentif, l’ambiance est détendue et cette manifestation nous permet de présenter les activités de notre association.

5. Revue OMT :

Le OMT avec sa nouvelle ligne rédactionnel et graphique plaît et c’est encourageant. Sans renoncer au jazz international, il privilégie le jazz régional. Indéniablement nous avons là un outil de promotion du jazz unique en Suisse romande et dans la région frontalière.

Les acteurs :
Le comité de rédaction est composé de : Christine Debruères, (coordinatrice-rédactrice), P. Losego, Ch. Hug, G. Vuagnoux (graphiste) et L. Vaney
Les chroniqueurs sont P. Bouru, G. Décoppet, D. Gindrat, X. Koeb, Ph. Munger R. Pythoud, N. Tavelli.
Correcteurs : M.-P. Destouet, R. Kraeher , B. Niquevert.

Je remercie vivement tous ces collaborateurs qui nous apportent la diversité nécessaire à notre revue.

6. Lettre d’information

Une lettre d’information électronique mensuelle a été adressée à près de 800 personnes membres ou non. Ce moyen nous permet de rappeler les activités musicales du moment et de signaler, le cas échéant, une manifestation organisée par une association amie. Il n’est pas rare de souligner les avantages du statut de membre.

D. Réflexions-actions 

Les priorités définies en automne 2015, actualisées au cours des années demeurent notre référence (voir le site AGMJ).

(i) Gestion-Finances :  pour l’instant, grâce à la collaboration des fiduciaires Fid&Gest et CF révision pour le contrôle, les objectifs sont atteints. Un grand merci à notre trésorier. 

ii. Communication :
Dès décembre 2017, une conseillère en communication a été engagée pour animer quelques séances de réflexion au sujet de nos différents médias et en particulier sur nos liens avec la presse. Jamais autant d’initiatives ont été prises mais il reste encore des défis. 

iii. Recrutement : ce point est lié au précédent. L’arrivée de 80 nouveaux membres peut être considéré comme un bon résultat, d’autant que nous constatons un rajeunissement de notre effectif, mais ceci doit être tempéré par les 43 « départs » (10 décès). 

iv. Salle de concert :
La grande majorité des auditeurs apprécie le cadre de notre club.
Les défis concernent la visibilité et l’accès au One More. Nous avons pu placer un panneau à l’extérieur mais il n’est pas allumé le soir et les vitres de la Sportive sont totalement couvertes de publicités de la brasserie. Depuis septembre 2018, l’activité PMU s’est développée et le passage pour se rendre au club est très embouteillé rendant difficile tout déplacement. Cette situation a conduit le comité à lancer une réflexion sur l’opportunité d’un déménagement. A suivre. 

vi. Conditions des musiciens : malgré des charges de plus en plus lourdes (augmentation importante des droits d’auteurs SUISA) nous avons pu conserver le niveau des cachets. Des règles pour les frais de déplacement et d’hôtel ont été fixées. Un défi, le manque de place pour prévoir un coin de pause pour les artistes.

vii.  Nouvelles prestations : 
Au début de l’année, le comité a décidé de fêter les 40 ans de l’AGMJ. Un comité d’organisation a été désigné. Il est composé de Louis Vaney (coordinateur), Daniel Mermoud (finances), Christine Debruères, Natasha Métrailler, Jean-Marc Darbellay, Marc Streiff, Guy Vuagnoux, René Willener, Le thème retenu : « AGMJ : 40 ans avec les maîtres du jazz ». Au moment de boucler l’exercice 2018, nous sommes à 11 jours du Festival. Les 10 orchestres sont engagés, la salle de L’Alhambra est réservée pour trois jours et les bénévoles sont recrutés (plus de 100 avec la buvette qui sera gérée par le Cercle Choral de Genève). Enfin, les soutiens financiers et les annonceurs ont répondus présent. La tâche est immense. Un grand merci au comité d’organisation, aux sponsors et mécènes ainsi qu’à nos bénévoles.

Pas besoins de longues phrases pour dire que les autres projets sont restés au point mort comme celui autour du patrimoine jazzistique régional (site). L’ampleur de la tâche nous fait hésiter sur la faisabilité de cette initiative. Le concept d’écoute-sensibilisation est toujours à l’étude (voir G).

viii. Réseau régional :
Membre de JazzContreBand, l’AGMJ développe d’excellents contacts avec des acteurs du réseau franco-suisse. En 2018, trois concerts et une jam ont été organisés au OMT dans le cadre du Festival JCB d’octobre. Au cours de l’année 10 concerts labélisés ont été proposés. A noter que Christine Debrères, coordinatrice-rédactrice du OMT et membre de notre comité a été également élue dans le comité de JCB et au jury du « Tremplin JCB ».

E. Finances

Les comptes 2018 et le budget  prévisionnel 2019 ont été intégrés à la rubrique « vie associative » de notre site web. (Rubrique : documents de références). 

La fiduciaire FID & GEST a bouclé nos comptes . Au Bilan, les Actifs – comme les Passifs bien sûr - se montent à 85'068.42 CHF, dont 28'875.17 de fonds propres. Le déficit est de 3'730.25 CHF.
Au compte de profits et pertes, le compte d’exploitation mentionne  128'440.--. CHF de recettes et 131'574,87 CHF de dépenses. La perte de l’exercice s’élève à 3'134,87 CHF avant la déduction des charges hors exploitation. Au final, le résultat de l’exploitation met en évidence un déficit de 3'730,25

Il est important de rappeler qu’au deuxième semestre 2018, l’AGMJ a commencé sa récolte de fonds dans le but de réaliser les concerts du 40e anniversaire (janvier 2019) à l’Alhambra. Ainsi dans les actifs circulants du bilan 2018 figurent les versements des sponsors pour l’anniversaire 2019 et au passifs transitoires le montant des contrats signés pour le Festival du 40e.

Rapport de l’organe de vérification chargé du contrôle des comptes 2018 : 

Le trésorier, M. Mermoud, fait lecture du rapport de la Compagnie fiduciaire de révision SA. Elle a effectué un contrôle restreint. Les chiffres sont identiques pour les deux fiduciaires, même si la formalisation de la comptabilité est différente. Ils n’ont pas relevé de faits qui laisse à penser que les comptes annuels ne sont pas conformes à la loi et aux statuts.

F. Préoccupations

– Ce n’est pas nouveau l’augmentation des charges administratives et leur coût (contrôles restreint et interne, fiduciaire, droits SUISA, etc.) sont difficilement compatibles avec nos moyens financiers et nos disponibilités de bénévole.

– Nous nos nouveaux projets sont freinés par la quasi impossibilité de créer des provisions en raison des réglementation instituant la restitution de tout ou partie des éventuels boni. Les directives ne nous semblent pas toujours claires à ce sujet.

– Depuis des années nous n’avons pas reçu de visites des autorités municipales ou cantonales lors de nos concerts... 

– Nous rencontrons beaucoup de difficultés pour assurer la relève au sein du comité, nous savons cependant que cette situation n’est pas spécifique à notre association. 

A la fin 2017 et en janvier 2018 des résistances au changement ont été manifestées par des membres du comité. La fatigue, le stress – généralement dus à des facteurs qui n’étaient pas en lien avec l’AGMJ étaient discernables. Pour avancer (le statut quo revient à reculer...) le président a dû imposer des méthodes de travail différentes (analyse de besoin, objectifs, moyens et délais) ce qui a eu pour effet de déstabiliser certains. L’adage « dire ce que l’on fait et faire ce l’on dit » n’était vraisemblablement pas partagé. Heureusement, au second semestre, stimulé par la préparation des 40 ans et s’appuyant sur des forces nouvelles, le comité est reparti d’un bon pied.

G. Nos projets

a/ Comme toujours trouver des nouvelles forces pour renforcer le comité et les commissions.
b/ Assurer l’existant (30 concerts de qualité, jam-sessions, Jazz dans les Vignes), maintenir le niveau des cachets.
c/ Mettre en œuvre nos projets liés au patrimoine jazzistique et proposer des conférences-écoute de sensibilisation pour nos membres non-musicien (la majorité).
d/ Intensifier notre communication avec la presse.
e/ Fêter comme il se doit les 40 ans l’AGMJ (au moment de l’AGO cette manifestation décanale aura eu lieu)

Un grand merci à
– à tous ceux qui m’ont soutenu au cours de l’’année,
– aux bénévoles qui participent à nos commissions et s’engagent dans nos actions,
– à Monsieur le Conseiller Administratif Sami Kanaan et à son équipe du Service Culturel de la ville de Genève ; sans eux notre mission de promotion de la musique de jazz en resterait au stade déclaratif.

 31.03.2019                 Louis VANEY, président.

Fichiers joints
Fichier attachéTaille
Icône PDF Rapport d’activités 2018, signé1.39 Mo